• Patricia Roy

La confiance en soi… innée ou acquise ?


Ça c'est moi à l'époque

Qu’en pensez-vous ? Pour ma part, la confiance en moi est presque en totalité acquise.

Ma mère vous le dirait : elle a travaillé fort sur mon cas. Toute petite, et même jusqu’au début de l’adolescence, je n’avais pas une once de confiance en moi. Je me rappelle que j’étais la petite fille gênée, sans audace, craintive de ce que les gens pensaient ou disaient, jamais à l’aise dans son corps, dans ses vêtements, celle qui ne voulait pas être remarquée, etc. (#confianceensoi #estimedesoi)


Je me trouvais toujours moins bien habillée, moins belle, et moins bonne que les autres. Même si parfois je partais de la maison en étant satisfaite de mon look, à la minute où j’arrivais à destination, je me mettais à douter de moi, à remettre en question mon apparence, mes choix, etc. Je me souviens aussi d’avoir été longtemps la petite fille trop gênée pour parler à des garçons, celle qui avait l’impression de n’avoir rien d’intéressant à dire, qui ne faisait rien de bon, qui n’intéresserait jamais personne… En plus, j’étais toujours la plus grande, donc quel malheur ! J’essayais de paraître plus petite pour que personne ne me remarque…

La phrase la plus répétée par ma mère a sans doute été : « Tiens-toi droite, Patou ! »

En plus de mon manque de confiance, apprendre à aimer ma grandeur a été un défi de taille ! 😉 (#estimechezlenfant #complexe)


Oh que d’émotions en vous écrivant ceci ! Je me souviens de ces années où je n’arrivais pas à trouver ma place, où je me sentais mal à l’aise en tout temps, à part avec ma famille et mes bonnes amies.


Comme maman maintenant, je peux vous dire que ce sujet me touche beaucoup. Comment seront mes filles ? À première vue, je sais déjà que Dahlia est très confiante dans certains domaines tandis que Liana le semble très peu, et dans d’autres domaines, c’est le contraire. Mes filles sont très grandes aussi (elles ne retiennent pas des voisins 😉), Liana encore plus que sa sœur. (#nouvellemaman #bienetredesenfants #bonnemaman)


Ce que je veux plus que tout, c’est que mes cocottes aient confiance en elles, maintenant et pour toujours. Qu’elles se sentent belles, bonnes, magnifiques, capables de tout, gentilles, intelligentes, etc.


Ma belle Lalou qui aime tant se déguiser !

Nous faisons souvent un petit exercice, elles et moi, et elles adorent ça. On se regarde dans le miroir et on répète ensemble : Je suis belle, jolie, magnifique, gentille, capable, intelligente, la meilleure, et je m’aime ! Je désire plus que tout qu’elles s’aiment, qu’elles soient fières d’elles-mêmes. Qu’elles croient en elle, mais surtout, jamais au détriment des autres ! (#jesuisbelle)


Je crois donc qu’une portion de la confiance en soi est certainement innée et qu’une autre portion est acquise. Qu’on peut avoir une grande confiance en soi et qu’un jour un événement nous en prive. Qu’on peut aussi ne pas en avoir du tout et finalement, la développer avec le temps. C’est ce qui m’est arrivé. Cependant, je dois vous faire un aveu : même si aujourd’hui je peux dire que j’ai confiance en moi, je sais que j’ai toujours ce petit fond de doute en moi. Je me remets en question très et trop souvent. Il m’arrive encore de me sentir incapable de m’assumer, et ce que je ne veux surtout pas, ce serait de transmettre ça à mes croquettes.


Dahlia, ma sportive qui n'a jamais peur d'essayer

Voici selon moi les meilleures pistes à suivre pour favoriser l’estime de soi chez mes filles ; ce sont des choses que je tente d’appliquer au quotidien : (#bonnesattitudes #bonneshabitudes)

  • Leur faire des compliments le plus régulièrement possible. Leur dire à quel point elles sont bonnes, gentilles, jolies, etc.

  • Encourager et applaudir leur réussite. Un gros BRAVO pour une mini réussite les rend tellement fières !

  • Lors de difficultés ou d’échecs, les encourager positivement à recommencer, recommencer et recommencer encore au besoin. Leur montrer qu’avec de la persévérance, on peut tout accomplir. Le « pas capable », je n’y crois pas. Avec des efforts, on peut y arriver et après on est doublement fier de soi.

  • Leur dire régulièrement que nous les aimons et à quel point nous sommes chanceux et heureux de les avoir dans nos vies.

  • Rester positifs dans les commentaires que l’on peut faire à leur sujet, surtout en leur présence (les enfants comprennent et entendent plus qu’on le pense…) Des commentaires comme : « Ah, elles chignent tout le temps pour rien » ou « Elles n’écoutent jamais » ne les aident pas à avoir une bonne estime d’elles-mêmes.

  • Ne pas dramatiser les erreurs, gaffes ou échecs. Ça ne les rendrait que plus misérables et pourrait laisser des marques.

  • Et finalement : être fier et confiant en soi et le démontrer dans la vie de tous les jours. Si les parents avouent leurs erreurs, montrent de la confiance en eux-mêmes, se complimentent l’un et l’autre et ont une attitude positive face à eux-mêmes et face aux autres, leurs enfants feront de même… ou en tous les cas, ça aidera. Ils apprennent par l’exemple, il ne faut pas l’oublier.

Donc : à mes belles croquettes d’amour, maman et papa vous aiment plus que tout ! Nous sommes fiers de vous et nous savons que vous êtes capables de tout. Toute la vie est devant vous et nous voulons vous soutenir pour partir du bon pied.


À la prochaine !

(#dahliana #dahlianaetcie)

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2023 by Bump & Beyond. Proudly created with Wix.com

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon