• Patricia Roy

Gestion de crise en double… un défi de tous les jours



En tant que maman de jujus, j’ai dû développer rapidement des techniques et des stratégies afin de pouvoir gérer des crises en double. Un bébé peut parfois être vraiment difficile à gérer (et j’en ai connu… Ouf), mais deux bébés qui décident de péter une crise au même moment, sérieusement, ça dépasse l’entendement. (#nouvellemaman #mamandejujus #gestiondecrise)


J’ai eu la chance d’avoir mon amoureux à la maison pendant les quatre premières semaines de maternité, mais rapidement, il a dû recommencer à travailler, comme tous les papas, et c’est là que le vrai défi a commencé. Je me souviens de ma deuxième journée seule à la maison avec les filles. Elles avaient alors à peine un mois et voilà que la crise a éclaté. Pas une simple crise, chers amis, mais un pétage de coche horrible, vous savez, cette crise qu’on n’imagine pas exister, et les cris de l’une ont déclenché les cris de l’autre. (#dahliana #dahlianaetcie)


Je suis alors complètement terrorisée. J’en prends une et essaie de la consoler, je la dépose et prends l’autre, et vice-versa, mais rien ne va. Plus ça va, plus ça augmente en intensité. J’ai cette vive impression qu’elles vont s’étouffer tellement elles pleurent, et le chien se met à japper par-dessus le marché, car c’est trop de bruit pour ses petites oreilles. (#pleurs)


Je suis toute seule, je n’ai que deux bras, elles pleurent de plus en plus, tout déboule, je perds mon sang-froid, je ne sais plus quoi faire et... je pleure avec elles ! Appeler ma mère peut-être ? Mais par le temps qu’elle arrive, tout sera sûrement fini… Que faire ? De toute façon, je ne sais même plus où est mon cellulaire…


Cette situation vous est peut-être familière ; eh bien, durant les premières semaines de vie des filles, je l’ai vécue souvent. J’ai travaillé longtemps en gestion de crise ; vous me direz que j’avais de l’expérience... lol, mais de la gestion de crise en double, c’est paniquant. Voici quelques trucs « presque » infaillibles que j’ai développés, mêlés à des conseils que j’ai reçus ici et là. Bien sûr, il n’existe pas de recette miracle, mais le but, c’est de reprendre le contrôle rapidement sans se retrouver soi-même roulée en boule en train de pleurer sa vie. Il faut prendre contrôle de soi et garder en tête que c’est le bien-être des bébés qui importe.


Miles Davis, vous connaissez ? Moi, je le connaissais de nom seulement, mais je n’en avais jamais vraiment écouté. Toutefois, on m’a dit un jour d’essayer de faire jouer du Miles Davis, que ça calmait les enfants… Sérieusement ? Eh bien oui 😉, j’ai alors trouvé une compilation de Miles Davis qui dure près d’une heure sur YouTube, l’ai mise sur ma tablette et en quelques minutes seulement, le son de la trompette avait calmé les filles. Ça marchait ! Vous me trouverez peut-être bizarre, mais quand on est au bout du rouleau, on tente des choses qu’on n’aurait jamais essayées avant, et Miles Davis… BINGO !


Voici le lien pour les mamans qui le veulent. Qu’on aime ou non, pour moi ça a très bien fonctionné avec mes deux poulettes. Merci Miles ! (#milesdavis)



Un deuxième truc que j’ai dû tester était de prendre les deux bébés en même temps dans mes bras. Une fois, lors d’une de ces superbes crises, je les ai mises côte à côte sur le divan, et j’ai réussi tant bien que mal à les avoir toutes les deux dans mes bras en tenant leurs petites têtes, etc. J’aurais pu les échapper cette fois-là ! Une fois dans mes bras, je ne savais plus comment les déposer, la crise perdurait et j’ai eu franchement peur. (#bebeencrise)


Voilà comment j’ai réglé mon problème lors des fois suivantes. Je mettais une de mes filles dans le porte-bébé, et une fois qu’elle était bien installée, je pouvais prendre l’autre dans mes bras (un peu sur le côté bien sûr pour ne pas écraser la première), et je disposais de mes deux mains pour bien la tenir… même en crise. C’est ainsi qu’avec cette méthode de double portage, j’ai pu passer des heures à marcher dans la maison, les tenant près de moi, et tentant de les calmer.


En visite, cette méthode m’a beaucoup servi, car lorsqu’un de ces moments (souvent à l’heure du souper) survient, que tu n’es pas chez toi et que les deux pètent une coche, personne d’autre ne peut les consoler. Alors, je sortais prendre l’air avec mes deux poules dans les bras.


Finalement, j’ai utilisé un troisième truc lors de nos déplacements en auto. La plupart du temps, les filles se fâchaient dans la voiture. Et quand tu es toute seule en auto, prise dans le trafic ou sur l’autoroute là où tu ne peux pas t’arrêter, et que les deux hurlent leur vie, tu dois réagir et surtout rester concentrée sur la route. Ma meilleure méthode a été de chanter Il était un petit navire. J’ai souvent chanté le plus doucement possible cette chanson à répétition dans l’auto pour réussir à calmer les filles et ça fonctionnait bien. (#berceuse)


Je vous écris tout ça ce matin et j’en ai encore des frissons à penser à tous ces moments où nos bébés nous poussent au maximum, nous mettent au défi et nous font perdre nos moyens. Toutefois, avec du recul, je crois avoir su bien gérer ces moments difficiles et trouver des trucs et astuces pour réussir à calmer mes bébés, tout en veillant à leur bien-être. L’important dans tout ça, c’est de trouver les ressources au fond de nous-mêmes pour passer au travers, en assurant la sécurité de bébé.


Et vous, quels sont les trucs qui fonctionnent pour vos enfants ? Laissez-moi vos commentaires sur le site ou sur la page FB afin de partager vos idées avec nous tous!


À bientôt avec de nouveaux articles !

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2023 by Bump & Beyond. Proudly created with Wix.com

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon